« Maxime se montre toujours sûr de lui dans le phrasé, avec beaucoup de finesse, qu’on ressent surtout dans le 3ème mouvement du Concerto de Lalo » (El Pais)